13
Mai
2015
0
Residence-Rooftop-chauffage-urbain

Résidence Rooftop et chauffage urbain

Un choix écologique et économique

Parmi les dépenses que subissent les ménages, qu’ils soient propriétaires ou locataires d’un appartement, celle liée au chauffage figure parmi les plus importantes. Et au vu des augmentations constantes des énergies fossiles, cela ne va pas aller en s’améliorant…

Réponse écologique aux problèmes environnementaux et opportunité économique pour les ménages, le réseau de chaleur de Villefranche est la solution adoptée par Utiade pour chauffer les logements de la résidence Rooftop.
La société reste ainsi fidèle à ses engagements en faveur d’une construction intelligente et respectueuse de l’environnement tout en offrant un plus financier à ses acquéreurs sous la forme d’économies d’énergie.

Revalorisation des déchets

Une partie des déchets issus de nos poubelles ne sont ni recyclables, ni compostables ou méthanisables. Ils constituent néanmoins une source énergétique importante dont l’exploitation limitera d’autant l’utilisation de ressources fossiles (pétrole, gaz, charbon,…) ou nucléaires. C’est ce qu’on appelle des déchets résiduels. Ces déchets peuvent faire l’objet d’un traitement par incinération avec valorisation énergétique.
À l’instar de la majorité des villes de moyenne et grande importance, Villefranche est dotée d’une unité de valorisation énergétique, ou pour utiliser une formule plus prosaïque, d’une usine de traitement des déchets…

Un réseau novateur

Née à l’aube des années 1980, la première usine d’incinération, qui ne comportait qu’une seule ligne de traitement, était déjà adossée à un réseau de chauffage. Il s’agissait d’un des premiers réseau de chaleur en France.

Une production autonome

Certifié conforme RT 2012En 2001, l’usine a subi de nombreux travaux de réfection afin de la mettre aux normes et un deuxième four lui a été adjoint, plutôt dédié à la production d’électricité.
À l’époque, la quantité de chaleur produite n’était pas garantie. Les bailleurs qui avaient recours à cette énergie devaient donc être équipés d’un système de chauffage relais. Aujourd’hui, grâce à des énergies de substitution (gaz et bois) utilisées au sein même de l’usine de traitement en cas de panne, et suite à une rénovation des conduites d’alimentation et à l’amélioration conjointe du rendement de l’usine et de l’isolation des bâtiments, ces derniers ne nécessitent plus de chaudière additionnelle.

Par ailleurs, ces différentes évolutions ont permis d’alimenter davantage de bâtiments, à commencer par les édifices publics comme la mairie, les écoles, les lycées, la piscine… et l’hôtel Ici&Là, en attendant la résidence Rooftop et d’autres bâtiments à venir.

Comment ça marche ?

80 000 tonnes de déchets divers transitent annuellement par l’unité de Villefranche. Des déchets ménagers essentiellement, mais aussi des déchets industriels banals, des déchets provenant des hôpitaux, des boues de la station d’épuration de de la commune, etc.
L’unité de valorisation énergétique caladoise est équipée de deux fours traitant respectivement 4,5 et 6,5 tonnes à l’heure. Les déchets y sont incinérés à plus de 800°C 24h/24h.

En se consumant, ils produisent 193 000 MWh de chaleur, ainsi que des résidus d’épuration de fumées (REFIOM) et des mâchefers.
Après traitement, ce sont 32 730 MWh en équivalent calorifique qui sont vendus à 2 000 foyers sous forme de chauffage. Côté électricité, les 22 210 MWh produits correspondent à la consommation électrique (hors chauffage) de 12 000 foyers.
Le chauffage urbain représente donc une solution véritablement intelligente et durable, en parfaite adéquation avec la philosophie du constructeur Utiade.

Remerciements à Mme Isabelle Mutter, directrice du SYTRAIVAL (Syndicat mixte d’élimination, de traitement et de valorisation des déchets Beaujolais-Dombes) pour son aide précieuse.

Laisser un commentaire